La surveillance, c’est la liberté

Uit de roman “Globalia” van Jean-Christophe Rufin, waarin de schrijver een onheilspellend volmaakte democratie in de heel nabije toekomst beschrijft.

Globalia, où nous avons la chance de vivre est une démocratie idéale. Chacun y est libre de ses actes. Or, la tendance naturelle des êtres humains est d’abuser de leur liberté, c’est-à-dire d’empiéter sur celle des autres. La plus grande menace sur la liberté, c’est la liberté elle-même. Comment défendre la liberté contre elle-même ? En garantissant à tous la sécurité. La sécurité, c’est la liberté. La sécurité, c’est la protection. La protection, c’est la surveillance. La surveillance, c’est la liberté.